Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Elections présidentielles 2017

Marine Le Pen lie systématiquement le combat pour l'égalité au «fondamentalisme islamiste», tandis que le programme d'Emmanuel Macron en la matière reste flou, malgré sa volonté affichée d'en faire une «cause nationale». Les six autres candidats ont obtenu moins de 5 % des suffrages exprimés : Nicolas Dupont-Aignan 4,70 %, Jean Lassalle 1,21 %, Philippe Poutou 1,09 %, François Asselineau 0,92 %, Nathalie Arthaud 0,64 % et Jacques Cheminade 0,18 %. l'étude met en avant (entre autre) qu' Emmanuel Macron a un potentiel électoral de plus en plus solide et que Marine Le Pen et François Fillon sont toujours favoris pour le second tour de l'élection présidentielle 2017. Pour la sénatrice centriste (UDI) Nathalie Goulet, « la campagne électorale n’a pas été au niveau des enjeux nationaux et internationaux et sera sans doute étudiée dans les cours de sciences politiques. ), et sa triple mise en examen pour détournement de fonds publics, complicité et recel de détournement de fonds publics, recel et complicité d'abus de biens sociaux et manquement aux obligations de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. Selon un sondage Ipsos Sopra Steria, le candidat socialiste quel qu'il soit, Benoît Hamon ou Manuel Valls, serait nettement distancé au 1er tour de l'élection présidentielle, toujours dominé par Marine Le Pen.

 

Les résultats du premier tour de la présidentielle 2017 vus par la presse internationale

À La Rouge, près du Theil-sur-Huisne, au sud-est du département, Marine Le Pen recueille 156 voix, François Fillon 119, Emmanuel Macron 48, Jean-Luc Mélenchon 40, Nicolas Dupont-Aignan 28, Benoît Hamon 11, Nathalie Arthaud 9, Jacques Cheminade, François Asselineau, Jean Lassalle : 1.

 

C'est la date du dimanche 24 septembre 2017 qui a été retenue pour l'organisation des prochaines élections sénatoriales concernant les 170 sièges à pourvoir (départements de l'Indre-et-Loire aux Pyrénées-Orientales, départements d'Île-de-France, outre-mer, la Guadeloupe, la Martinique, la Réunion, Mayotte, la Nouvelle-Calédonie et Saint-Pierre-et-Miquelon et 6 sièges de sénateurs représentant les Français établis hors de France). « L’Europe respire à nouveau », titre d’ailleurs le tabloïd allemand Das Bild sur son site Internet, soulignant la première place du candidat le plus européen des onze participants à l’élection. Pour se porter candidat à l'élection présidentielle, chaque candidat doit recueillir le parrainage de 500 élus (parlementaires, conseillers régionaux et départementaux, maires) d'au moins 31 départements différents.

Même si « rien n’est impossible pour l’enfant prodige », tempère Die Frankfurter Allgemeine Zeitung, la France est « déchirée » et le résultat du 23 avril témoigne d’une « radicalisation de la vie politique. Pour le titre belge Le Soir, les Français « ont fait leur révolution, balayant, à la Trump, les partis et les hommes politiques traditionnels, de gauche comme de droite, pour mettre face à face deux personnalités hors système ». Annoncée au second tour par les sondages depuis le printemps 2013, la benjamine des trois filles Le Pen compte a minima rééditer la qualification surprise de Jean-Marie Le Pen, figure tutélaire de l'extrême-droite, en 2002. Emmanuel Macron, qui n’a pas l’expérience de l’ancien président de la République, présente une autre ressemblance avec VGE estime Christophe Jakubyszyn, chef du service politique de TF1 : tous deux sont persuadés que la France se gouverne au centre.

Des partisans de Jean-Luc Mélenchon refusent de choisir entre l'extrême droite incarnée par Marine Le Pen et l'«ultra-libéralisme» d'Emmanuel Macron et appellent sur Twitter à ne pas se déplacer pour le second tour.

Jean-Yves Le Drian, président de la Région et ministre de la Défense, estime qu’en le portant en tête en Bretagne, « les Bretonnes et les Bretons ont reconnu en Emmanuel Macron, un homme qui. Nicolas Ledentu, secrétaire de la section argentanaise du Parti Communiste, signale que « Jean-Luc Mélenchon fait un score historique, le peuple de gauche s’est rassemblé pour faire trembler le vieux monde, il a condamné les politiques libérales.

Le taux de participation à midi à Argentan est de 39,79 %, soit un peu plus qu’en 2012 où 37,37 % d’électeurs étaient allés voter à la même heure pour le premier tour de l’élection présidentielle.

 

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2017

Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont qualifiés dimanche 23 avril pour le second tour de l’élection présidentielle, avec respectivement 24,01 % et 21,30 % des suffrages exprimés, selon les résultats globaux hors Français de l’étranger donnés par le ministère de l’intérieur lundi matin. Au terme d'une campagne bousculée par l'élimination des favoris et les affaires judiciaires, le scrutin consacre surtout le rejet des deux partis traditionnels - le PS, incarné par Benoît Hamon (6,3%) et les Républicains emmené par François Fillon (19,9%).

 

Alors que le front républicain s'organise depuis l'annonce des résultats pour contrer Marine Le Pen, de nombreux soutiens de Jean-Luc Mélenchon annoncent leur refus de s'engager en faveur d'Emmanuel Macron. Dans le quotidien israélien Haaretz (centre gauche), le journaliste Anshel Pfeffer insiste sur le refus du candidat de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon d’appeler clairement à faire barrage à Mme Le Pen. En Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon et en Polynésie française, les électeurs voteront le samedi précédant la date de l'élection en métropole. Ce 23 Avril 2017, le vote pour le 1er tour de élection présidentielle 2017 des Français expatriés ainsi que des Français d’Outremer est clos mais aucun résultat de ces votes ne sera publié en France avant 20h. « Le résultat a été un rejet retentissant des partis traditionnels, plaçant le pays sur un chemin incertain à un moment critique où l’élection française pourrait aussi décider de l’avenir de l’Union européenne », explique le quotidien à ses lecteurs. Sur le marché de la ville du Pas-de-Calais, où la candidate a renoncé à se rendre lundi matin, les électeurs FN sont pléthoriques mais n'y croient pas beaucoup. Ils sont donc 80 candidats à courtiser les maires, les députés, les sénateurs, les parlementaires européens, les conseillers régionaux et généraux ainsi que des membres de l'Assemblée corse et des Assemblées d'outre-mer pour pouvoir se porter officiellement candidat à l'élection présidentielle 2017. Les candidats sont au nombre de onze : Nathalie Arthaud pour Lutte ouvrière ; François Asselineau pour l’Union populaire républicaine ; Jacques Cheminade pour Solidarité et progrès ; Nicolas Dupont-Aignan pour Debout La France ; François Fillon pour Les républicains ; Benoît Hamon pour le Parti socialiste  Jean Lasalle pour Résistons . François Fillon, investi lors de la primaire de la droite et du centre au détriment d'Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, Benoît Hamon, vainqueur face à Manuel Valls de la primaire de la gauche, Emmanuel Macron, électron libre d'En Marche .

La ligne de division, écrit-il, est de plus en plus entre les responsables politiques centristes, qui sont ouverts sur le monde et n’entendent pas la mondialisation comme un mot sale, et ceux qui étaient autrefois aux marges du spectre politique, qui veulent sortir leur pays des alliances internationales pour qu’il épouse à nouveau de vieilles orthodoxies, que ce soit le nationalisme ou l’internationalisme socialiste archaïque, qui est simplement un mot de passe pour l’anti-américanisme et la fascination pour des dictateurs “révolutionnaires” du tiers-monde. POLÉMIQUE - La venue d'Emmanuel Macron et de ses proches au restaurant "La Rotonde", après l'annonce des résultats du premier tour de la présidentielle, a été critiquée par ses adversaires et des commentateurs. Jean-Luc Mélenchon, qui appelait en 2012 la France à être un « cratère brûlant », entend cette fois incarner une figure « rassurante » dans un paysage politique bouleversé qui pourrait lui permettre de prendre sa revanche sur un Parti socialiste quitté avec fracas en 2008 et de se poser comme un acteur incontournable de la recomposition de la gauche. N'étant pas arrivée en tête au premier tour, les conseillers de la présidente du Front national multiplient les stratégies pour attirer les électeurs de droite et s'assurer une victoire le 7 mai. VIDÉO - Arrivé quatrième avec un score historique pour la gauche radicale, dimanche soir lors du premier tour de la présidentielle 2017, l'ancien sénateur se refuse à donner à ses électeurs une consigne de vote claire pour le second tour.

Sur le site du parti, les consignes de votes sont sans équivoque : "Les écologistes ont approuvé très largement le rassemblement autour d’une plateforme présidentielle, portée par la candidature de Benoît Hamon.

Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont qualifiés dimanche 23 avril pour le second tour de l’élection présidentielle, avec respectivement 24,01 % et 21,30 % des suffrages exprimés, selon les résultats globaux hors Français de l’étranger donnés par le ministère de l’intérieur lundi matin. Plus de 80% de ses électeurs potentiels se disent sûrs de leur choix, mais la candidate du Front national, encore créditée de 27% à 28% fin février, n'en perd pas moins du terrain et ses récentes déclarations sur la rafle du Vel d'Hiv - « La France n'est pas responsable » - révèlent une fébrilité dans sa campagne au moment où Emmanuel Macron lui conteste la 1ère place. S'il peut se réjouir d'avoir dopé son score par rapport à 2012, le candidat de Debout la France n'a pas passé la barre des 5 % qui lui aurait permis d'être intégralement remboursé de ses frais de campagne. Dans le sondage quotidien Présitrack d'Opinionway-ORPI pour "Les Echos" publié au lendemain du premier tour, le leader d'En marche est crédité de 61% des intentions de vote le 7 mai. Ancien banquier d'affaires chez Rothschild inconnu il y a trois ans, ministre de l'Economie deux ans durant, héritier et parricide de François Hollande, le candidat, pour la première fois face à des électeurs, promet un « renouvellement » profond de la vie politique, à la tête d'un grand mouvement du centre.

L'ancien premier ministre, qui avait appelé à voter pour Emmanuel Macron, a tancé la «campagne d'extrême-gauche» menée par le socialiste Benoît Hamon et s'en est pris «aux responsables gouvernementaux» qui «ont été incapables de donner leur avis» avant le premier tour. Le 12 Janvier 2017, BVA a choisi un échantillon de 946 personnes inscrites sur les listes électorales, issues d’un échantillon représentatif de 1000 Français âgés de 18 ans et plus, pour analyser les intentions de vote des Français.

 

Élection présidentielle 2017 : Voici la liste des Candidats !

EXIT LE FN - Après l'annonce dimanche soir par Jean-Luc Mélenchon d'une consultation auprès des militants de La France insoumise sur le choix du second tour, l'entourage de l'ex-candidat a précisé ce lundi, les questions posées. Dans les différentes villes du département, à 17 h : à Alençon, le taux de participation est de 69,22 % ; à Vimoutiers, les trois bureaux de vote enregistrent 1 616 votants sur 2 440 électeurs inscrits, soit un taux de participation de 67,46 % ; à L’Aigle, 67,63 % des inscrits sur liste électorale ont voté (soit 3 309 personnes sur 4 893) ; à Gacé, le taux de participation à 17 h est de75 % ; à Argentan, la participation est de 71,11 % à 17 h, contre 72,46 % en 2012 à la même heure. De New York à Singapour en passant par Madrid, les médias étrangers évoquent un scrutin historique et voient déjà Emmanuel Macron à l’Elysée. Toutefois, pour faciliter aux électeurs l'exercice de leur droit de vote, des arrêtés pourront être pris dans certaines communes ou circonscriptions administratives afin d'avancer l'heure d'ouverture ou de retarder l'heure de clôture du scrutin. « Ça a démarré très doucement à l’ouverture, témoigne Robert Boscher au bureau central de l’hôtel de ville, mais la première heure était déjà supérieure à ce que nous avons connu en 2012.

 

Le quotidien de Montréal, où des électeurs ont dû patienter des heures pour voter samedi, ajoute que « contrairement à il y a quinze ans, la qualification de la candidate du Front national n’est pas une surprise. fr Liens et éléments complémentaires : Vote par jugement majoritaire Tv 2017 : les candidats en vidéo Les résultats de l’élection présidentielle de 2017 (à venir) Actualité du site Soutenir le site Qui sommes nous . La rage contre les partis traditionnels, la désillusion vis-à-vis de politiciens corrompus et la volonté de tenter autre chose ont mené à la désignation des deux personnalités hors-norme pour s’affronter au second tour », continue le journal suisse très sévère vis-à-vis du parti de Mme Le Pen, « retranchée derrière ses frontières et ses vieux mythes ». Un tel naufrage mettrait le candidat dans l'incapacité de mener la bataille des élections législatives, où le Parti socialiste place ses espoirs de limiter la casse malgré le découragement des troupes au sortir d'un quinquennat ardu. Hyper favori pour l'Elysée après sa victoire surprise et écrasante à la primaire de novembre - il a remporté le match contre Alain Juppé avec 66,6 % des voix - François Fillon est désormais un candidat très affaibli, miné par les révélations de plusieurs affaires (emplois présumés fictifs de son épouse Penelope, emplois présumés fictifs de leurs deux aînés, prêt de 50. Même si mathématiquement le nombre de signatures peut conduire 80 candidats à l'élection présidentielle, en pratique, seuls quelques élus acceptent de parrainer un candidat (les noms des signataires sont rendus publics et publiés au Journal officiel). Malgré des chiffres plus réconfortants au plan local, le résultat de ce premier tour est évidemment une immense déception par rapport à l’enthousiasme qu’avait soulevé la Primaire de la droite et du centre.

 

 

Le dernier sondage quotidien Presitrack réalisé par OpinionWay-ORPI pour Les Echos et Radio classique, dernier jour de campagne avant le premier tour de la présidentielle, donne Emmanuel Macron en tête des intentions de vote avec 23 % (stable), suivi de Marine Le Pen (22 %, stable) et François Fillon (21 %, +1).

 

C’est un changement important de mentalité que des suffrages se soient portés massivement sur un candidat qui n’a jamais été élu, ce qui avait toujours été le handicap de Dominique de Villepin.

 Ils se donnent maintenant pour le 2e tour, le choix entre une extrême droite avec Marine Le Pen qui mène à l’aventure et le désastre économique en quittant l‘Europe, et une marionnette commerciale et publicitaire avec Emmanuel Macron qui ne pourra mener aucune politique cohérente. Voir aussi ici : . François Fillon, grand gagnant de la primaire de la droite et du centre qui l'opposait à Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire, Jean-François Copé, Jean-Frédéric Poisson et Nathalie Kosciusko-Morizet, doit aujourd'hui se démarquer des candidats du parti Les Républicains hors primaire : Michèle Alliot-Marie, Nicolas Dupont-Aignan ou encore Henri Guaino. Tandis que le candidat d'En marche accumule de nombreux soutiens, l'incertitude demeure sur les réserves de voix dont peut bénéficier Marine Le Pen pour le second tour de la présidentielle 2017.

Frédéric Léveillé, conseiller départemental socialiste d’Argentan et ancien premier secrétaire fédéral, appelle à une « mobilisation totale derrière Emmanuel Macron, sans état d’âme ».

 

 

Christine Coulomb, ancienne conseillère municipale à Alençon et membre du NPA 61 évoque un vote de « rejet d’un système de politiciens professionnels, qui sont souvent corrompus et qui permettent s’exerce le pouvoir des capitalistes et des banquiers. BFMTV vous informe en direct sur le site internet ainsi que sur son direct TV de tous les évènements de cette journée d’élection: le vote des 11 candidats, le taux de participation, les réactions des chefs d’Etat étrangers pour l’élection présidentielle française ainsi que la bonne organisation des bureaux de vote en France. Au Royaume-Uni, la BBC revient sur le parcours atypique d’un politicien jamais élu qui a su « capter l’air du temps » et trouver un « réservoir de sympathisants parmi les jeunes, ceux ayant perdu leurs illusions mais restés optimistes et les anticyniques ». En refusant d’appeler immédiatement au barrage contre le FN, le candidat de la France insoumise a surpris une partie de l’électorat, et tenu une position bien différente de celle qu’il avait en 2002.

 

L’avenir de la France, décrite « comme un pays dépressif et en colère », passera aussi par le « troisième tour », prédit Le Soir, faisant allusion aux élections législatives de juin prochain.

Philippe Poutou, Jean Lassalle et Jacques Cheminade se sont qualifiés in extremis et ont rejoint sur la liste les huit premiers à avoir franchi le cap des 500 parrainages d'élus nécessaires : François Fillon, Benoît Hamon, Emmanuel Macron, Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Luc Mélenchon, Nathalie Arthaud, Marine Le Pen et François Asselineau. Durant tout le week-end, des militants fillonistes ont tenté de faire croire à une (prétendue) censure sur le site de «l’Express», concernant un (tout aussi prétendu) compte bancaire caché de Macron.

La candidate FN qualifiée pour le second tour de l'élection présidentielle, a annoncé lundi soir sur France 2 qu'elle se mettait «en congé de la présidence du FN» afin de «rassembler autour de (son) projet». Après avoir voté pendant 36 ans comme l'ensemble de la France aux différentes présidentielles, le petit village de la Nièvre a choisi de placer Marine Le Pen (28%) en tête, largement devant Emmanuel Macron (20%). ZOOM – En réunissant ses proches et ses soutiens dans une grande brasserie du quartier Montparnasse, à Paris, dimanche, Emmanuel Macron a généré, sans le vouloir, la première polémique de l’entre-deux tours. Les six autres candidats ont obtenu moins de 5 % des suffrages exprimés : Nicolas Dupont-Aignan 4,70 %, Jean Lassalle 1,21 %, Philippe Poutou 1,09 %, François Asselineau 0,92 %, Nathalie Arthaud 0,64 % et Jacques Cheminade 0,18 %. Le chef du bureau londonien du Times assure que l’issue de ce premier tour est « une bonne nouvelle pour les centristes proeuropéens » et « une mauvaise nouvelle pour Moscou » tout en se demandant si l’ancien ministre de l’économie de François Hollande saura gouverner ou « s’il sera un autre président français réformateur à échouer .

 

 

POLITIQUE - Ce soir, comme tous les soirs, dans "24 heures en questions", vous avez la possibilité de poser toutes vos questions à Yves Calvi et ses invités sur le thème du jour : Le second tour Macron / Le Pen.

 

Si certains candidats sont déjà déclarés en course, Europe Ecologie Les Verts, le parti Les Républicains et le Parti Socialiste ont choisi d'organiser des primaires pour choisir le représentant du parti pour l'élection présidentielle 2017. Aucun résultat, hormis ceux concernant l'abstention, ne pourra être communiqué avant la fermeture du dernier bureau de vote, à 20 heures, y compris ceux des collectivités où le scrutin se sera déroulé la veille. Le sénateur Les Républicains Jean-Claude Lenoir « rappelle aux électeurs de la droite et du centre qui se sentent aujourd’hui floués, que ce sont les législatives qui détermineront les orientations politiques des cinq années à venir. Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et dans une moindre mesure Nicolas Dupont-Aignan et François Asselineau ont capitalisé sur le rejet de la construction européenne analyse Christophe Jakubyszyn, chef du service politique de TF1. Dans les territoires d'outre-mer, le vote aura eu lieu dès les samedi précédant les deux tours : Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre et Miquelon et en Polynésie française. SANS LUI - Au lendemain de sa défaite au premier tour de l'élection présidentielle, François Fillon a annoncé, lors du bureau politique de Les Républicains, qu'il ne mènerait pas la campagne législative pour son parti.

C’est au bureau du centre social de Courteille que les électeurs se sont le plus déplacés avec 40,80 % de votants, suivi de près par les bureaux des écoles Albert-Camus (40,58 %) et Jacques-Prévert (40,56 %). Lâché par les ténors de son camp, largement distancé par le candidat de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, l'ancien « frondeur » pourrait terminer, selon les sondages, sous la barre des 10%. Totalement inconnu du grand public avant son arrivée au ministère de l'Economie en 2014, cet ancien conseiller à l'Elysée de François Hollande a réussi le tour de force de se hisser au second tour d'une présidentielle avec un mouvement tout neuf : En Marche, créé il y a seulement un an. Le site politique spécialisé Politico voit plus loin que ce premier tour, estimant que si celui qu’il appelle « le banquier juvénile » l’emporte, son élection pourra être interprétée comme le renversement de la tendance populiste qui s’est emparée de l’occident en 2016. Pour participer au scrutin, il faut être âgé de 18 ans ou plus au jour de l’élection, posséder la nationalité française, jouir de ses droits civiques et politiques, et enfin être inscrit sur les listes électorales.

 

 

A 65 ans, le leader de La France insoumise, enfant terrible de la gauche depuis plus de 20 ans, est porté, pour sa deuxième présidentielle, par une dynamique qui l'a placé ces dernières semaines en position de troisième homme, au coude-à-coude avec François Fillon, dans un contexte qu'il estime propice à une accession à l'Elysée, jusqu'ici hors de portée.

Les commentaires sont fermés.